For a better experience, please visit this website on another browser.

Calculatrice de portion ne doit être utilisé que pour des estimations.

Chaque animal est unique quant à la quantité de nourriture nécessaire.

Nom de l’animal *

Poids idéal *

Âge du chien (en mois) *

Formulation d’aliment pour chien *

*Afin de soutenir la masse corporelle maigre chez les animaux de compagnie en surpoids, nourrir l’animal selon le poids corporel CIBLE et non leur poids actuel. Combiner avec de l’exercice physique (jeux enjoués) pour brûler des calories et réduire l’excès de poids.

S’abonner à notre bulletin

Ne manquez pas nos nouveaux produits, concours, cadeaux et blogs!

Je suis propriétaire d’un

En appuyant sur s’abonner vous acceptez nos modalités et notre politique de confidentialité, et vous consentez à ce que nous utilisions vos renseignements personnels conformément à ces modalités.

Aliments courants dangereux pour les chiens et les chats

Articles du blogue

21 octobre 2021

Share

Share

 La liste suivante consiste à aider les propriétaires d’animaux de compagnie à reconnaître certains des aliments les plus couramment associés à des intoxications et à des effets néfastes chez les chiens et les chats. Cependant, ce n’est pas une liste exhaustive. Veuillez consulter un nutritionniste animal ou un vétérinaire avant d’offrir à votre animal tout aliment non destiné spécifiquement aux animaux de compagnie.

Les aliments et substances courants qui sont dangereux pour les chiens et les chats comprennent, sans s’y limiter:
  • Le chocolat ou tout produit contenant du cacao
  • La caféine
  • L’Oignon, la ciboulette, les poireaux et l’ail
  • Avocat
  • Raisins frais et secs
  • Le xylitol
  • L’alcool
  • Houblon
  • Pâte crue
  • Noix de macadamia
  • Marijuana

SI VOTRE ANIMAL DE COMPAGNIE SEMBLE AVOIR INGÉRÉ UN DE CES ALIMENTS, CONSULTEZ IMMÉDIATEMENT VOTRE VÉTÉRINAIRE.

Le chocolat ou tout produit contenant du cacao

Le chocolat, fait de cacao, est une cause courante d’intoxication chez les chiens1. L’agent toxique principal des produits à base de cacao est la théobromine, méthylxanthine stimulant le système nerveux central et causant la tachycardie (accélération de la fréquence cardiaque), les difficultés respiratoires, et l’hyperactivité. Comme mentionné dans le manuel vétérinaire Merck, les signes observables d’une intoxication incluent vomissements, diarrhées, soif excessive et agitation, lesquels se développent généralement dans les 6 à 12 heures suivant l’ingestion2. Les chocolats noirs et la poudre de cacao contiennent une quantité plus concentrée de théobromine et causeront des réactions plus graves, telles que rythme cardiaque anormal, tremblements, convulsions, évanouissements, et dans certains cas, la mort3. Gourmands de nature, les chiens ont généralement tendance à consommer des produits contenant du cacao plus que les chats ou les autres animaux de compagnie2, mais ces produits sont connus comme étant toxiques à bon nombre d’animaux et ne devraient jamais leur être offerts.

La caféine

Il s’agit d’un autre alcaloïde de type méthylxanthine, comme la théobromine dans le cacao. Le mécanisme de la toxicité et les signes cliniques sont les mêmes que la théobromine3.

L’oignon, la ciboulette, les poireaux et l’ail

Faisant partie du genre de plantes Allium, ces aliments, peu importe qu’ils soient crus, cuits ou déshydratés, sont dangereux pour les chiens et les chats4. Les espèces Allium contiennent plusieurs composés organosulfurés qui peuvent causer du stress oxydatif dans les globules rouges, ce qui provoque l’anémie hémolytique5,6. Lorsque de grandes quantités de ces plantes sont ingérées, les signes peuvent paraître dans les 24 heures qui suivent. Cependant, il est plus courant que les signes cliniques se développent après plusieurs jours7. Comme mentionné par Kovalkovičová et coll., les premiers signes observables comprennent vomissements, diarrhées, douleurs abdominales, perte d’appétit, dépression et déshydratation, puis peuvent être plus tard suivis de muqueuses pâles, de difficultés respiratoires ou de respiration rapide, de léthargie, d’urine foncée, de jaunisse, de faiblesse, et d’un rythme cardiaque rapide3. Même l’ingestion de petites quantités de ces légumes peut poser un risque pour votre animal de compagnie. L’ingestion d’oignons correspondant à plus de 0,5 % du poids de l’animal est considérée comme toxique8.

L’avocat

Les études concernant la toxicité de l’avocat sont bien documentées chez les oiseaux, les chevaux, les lapins, les cochons d’Inde et les poissons, mais il n’existe que quelques données sur les chiens et aucun cas n’a été rapporté chez les chats2. La persine est une toxine présente dans le fruit, le noyau, l’écorce et les feuilles9,10. Des cas de vomissements et de diarrhées ont été observés chez des chiens à la suite de l’ingestion d’avocat. Cependant, davantage de recherches sont nécessaires comme preuve de la toxicité de cet aliment. L’étude de deux chiens provenant de foyers différents rapportait la possibilité d’intoxication après avoir mangé un avocat, citant notamment l’accumulation de fluides dans les poumons et la poitrine, ce qui a causé des difficultés respiratoires et la mort par le manque d’oxygène. Les deux chiens affectés avaient aussi des antécédents de conditions de santé sous-jacentes11.

 Les raisins frais et secs 

Une insuffisance rénale aiguë après l’ingestion de fruits de la famille Vitas vinifera (raisins frais et secs, groseilles et raisins de Smyrne) a été rapportée chez bon nombre de chiens, avec quelques cas ayant même décédés12,13, mais la plupart des informations reste un mystère. Le mécanisme de toxicité n’a pas été identifié, et une relation dose-réponse n’a pas été établie. De plus, cela ne semble pas affecter tous les chiens14. Toutefois, en raison de la quantité de cas rapportés et de leur gravité, tous les incidents concernant l’ingestion de raisins frais ou secs par un chien devraient être considérés potentiellement mortels2. Comme mentionné dans le manuel vétérinaire Merck, les animaux de compagnie souffrant d’une réaction négative après avoir ingéré des raisins frais ou secs auront des vomissements et/ou des diarrhées dans les 6 à 12 heures suivant l’incident. Ils pourraient aussi avoir un manque d’énergie, une perte d’appétit, des douleurs abdominales, de la faiblesse, une soif excessive, ainsi que des tremblements, et dans les cas plus graves, une insuffisance rénale pouvant mener à la mort2. Deux cas d’intoxication à ces aliments chez les chats ont été rapportés, ainsi qu’un cas de décès chez un furet15.

 Le xylitol

Il s’agit d’un édulcorant couramment utilisé pour remplacer le sucre dans certains produits comme la gomme à mâcher, les menthes pour rafraîchir l’haleine, les bonbons, les produits de boulangerie et pâtisseries, et le beurre d’arachide. Le xylitol peut être une grande menace pour les chiens. Contrairement aux humains, chez les chiens, le xylitol provoque la sécrétion d’insuline, ce qui cause une chute rapide du taux de glycémie16,17. Dans les cas plus graves, des dommages au foie, des troubles de la coagulation du sang et même la mort ont été rapportés18. Tel que mentionné dans le manuel vétérinaire Merck, des signes d’hypoglycémie peuvent paraître après aussi peu que 30 minutes suivant l’ingestion et inclure léthargie, perte de coordination motrice, vomissements et convulsions2. La quantité requise pour que le xylitol soit toxique pour un chien est de 0,05 g par 2,2 kg de son poids19. En moyenne, un morceau de gomme à mâcher ou une menthe pour l’haleine contiennent entre 0,22 et 1 g de xylitol. Donc, un chien de 4,5 kg (10 lb) n’a qu’à manger un seul morceau de gomme à mâcher pour atteindre la dose potentiellement toxique20. Il n’y a actuellement aucune étude concernant la toxicité du xylitol chez les chats.

 L’alcool

Tous les alcools peuvent causer des dommages au système nerveux central des chiens et des chats21. Un des alcools les plus courants dans un foyer est l’éthanol, lequel on peut trouver dans un grand nombre d’aliments et de substances, dont les boissons alcoolisées, les fruits qui pourrissent, et même la pâte crue22. Alors que certains animaux de compagnie trouvent accidentellement les sources d’alcool, comme lorsqu’un chien mange des pommes pourrissant dans la cour23, des propriétaires donnant intentionnellement de l’alcool à leurs animaux ont aussi été documentés3. Comme mentionné dans le manuel vétérinaire Merck, une intoxication à l’alcool peut inclure les signes observables suivants : vomissements, diarrhées, difficultés respiratoires, soif excessive, désorientation et incoordination, et peut également causer l’insuffisance rénale, le coma et la mort21.

Le houblon

En plus d’intoxication par l’alcool,la bière présente un risque additionnel à cause du houblon. Il s’agit d’une fleur souvent utilisée lors du processus de brassage et qui contient des composés dangereux pour les chiens24. L’ingestion de cette fleur présente aussi un risque.  Faites attention si vous êtes fabricant de bières domestiques22. Comme décrit par Cortinovis et Caloni, dans les heures suivant la consommation, les animaux de compagnie peuvent montrer des signes tels qu’hyperthermie (température élevée), anxiété, rythme cardiaque rapide, respiration rapide ou halètement, vomissements, douleurs abdominales, urine foncée, et convulsions, ainsi qu’un risque élevé de mort22.

Pâte crue

Il s’agit d’un autre double risque pour les animaux puisque l’environnement tiède et humide de l’estomac fournit de bonnes conditions pour que la levure, soit la Saccharomyces cerevisiae, lève dans l’estomac, ce qui produit de l’éthanol et du dioxyde de carbone3. En plus d’une possible intoxication à l’éthanol, le dioxyde de carbone et l’expansion de la pâte peuvent causer des gaz, des gonflements, un blocage du système digestif et potentiellement une rupture de l’estomac25.

Noix de macadamia

Tout comme les raisins frais et secs, plusieurs cas de mauvaises réactions après avoir ingéré des noix de macadamia ont été rapportés chez les chiens, mais les mécanismes de toxicité n’ont pas été identifiés22. Comme mentionné dans le manuel vétérinaire Merck, les signes de toxicose après l’ingestion de noix de macadamia se présentent souvent dans les 12 heures suivantes et incluent de la faiblesse, de la dépression, des vomissements, une perte de coordination motrice, des tremblements et de l’hyperthermie (température élevée). Ces symptômes durent normalement entre 12 et 48 heures, et aucun décès n’a été rapporté jusqu’à maintenant26.

Marijuana

Comme la marijuana a récemment été légalisée au Canada et dans certaines parties des États-Unis, les rapports concernant les intoxications à celle-ci chez les animaux de compagnie ont subi une énorme hausse27. La majorité des cas concerne les chiens. Toutefois, il existe aussi des données sur les effets néfastes chez les chats28,29. Bien que l’ingestion de marijuana soit rarement fatale, plusieurs cas comprennent une consommation de marijuana combinée avec du chocolat ou du xylitol, soit sous la forme de pâtisserie, ce qui cause davantage de symptômes graves30. Comme discuté par Janczyck et coll., les signes d’intoxication à la marijuana suivants peuvent être observés : hochements de tête, vocalisation, perte d’appétit, dépression, somnolence, désorientation, perte de coordination motrice, rythme cardiaque rapide, tremblements, incontinence urinaire, hypothermie (température corporelle basse), convulsions, et rarement, coma. Les symptômes peuvent persister jusqu’à 96 heures suivant l’exposition à la marijuana31.

Sources (offertes en anglais seulement) :
  • 1.          Weingart, C., Hartmann, A. & Kohn, B. Chocolate ingestion in 156 dogs. J. Small Anim. Pract. 1–5 (2021). doi:10.1111/jsap.13329
  • 2.          Gwaltney-Brant, S. M. Food hazards. Merck Veterinary Manual (2020). Lien : https://www.merckvetmanual.com/special-pet-topics/poisoning/food-hazards. (Accès le 9 septembre 2021)
  • 3.          Kovalkovičová, N., Řutiaková, I., Pistl, J. & Šutiak, V. Some food toxic for pets. Interdiscip. Toxicol. 2, 169–176 (2009).
  • 4.          Cope, R. B. Allium species poisoning in dogs and cats. Vet. Med. 100, 562–566 (2005).
  • 5.          Tang, X., Xia, Z. & Yu, J. An experimental study of hemolysis induced by onion (Allium cepa) poisoning in dogs. J. Vet. Pharmacol. Ther. 31, 143–149 (2008).
  • 6.          Chang, H. S., Yamato, O., Sakai, Y., Yamasaki, M. & Maede, Y. Acceleration of superoxide generation in polymorphonuclear leukocytes and inhibition of platelet aggregation by alk(en)yl thiosulfates derived from onion and garlic in dogs and humans. Prostaglandins Leukot. Essent. Fat. Acids 70, 77–83 (2004).
  • 7.          Harvey, J. W. & Rackear, D. Experimental onion-induced hemolytic anemia in dogs. Vet. Pathol. 22, 387–392 (1985).
  • 8.          Salgado, B. S., Monteiro, L. N. & Rocha, N. S. Allium species poisoning in dogs and cats. J. Venom. Anim. Toxins Incl. Trop. Dis. 17, 4–11 (2011).
  • 9.          Oelrichs, P. B. et coll. Isolation and identification of a compound from avocado (Persea americana) leaves which causes necrosis of the acinar epithelium of the lactating mammary gland and the myocardium. Nat. Toxins 3, 344–349 (1995).
  • 10.        Lightfoot, T. L. & Yeager, J. M. Pet bird toxicity and related environmental concerns. Vet. Clin. North Am. – Exot. Anim. Pract. 11, 229–259 (2008).
  • 11.        Buoro, I. B., Nyamwange, S. B., Chai, D. & Munyua, S. M. Putative avocado toxicity in two dogs. Onderstepoort J. Vet. Res. 61, 107–109 (1994).
  • 12.        Eubig, P. A. et coll. Acute renal failure in dogs after the ingestion of grapes or raisins: a retrospective evaluation of 43 dogs (1992-2002). J. Vet. Intern. Med. 19, 663–674 (2005).
  • 13.        Mazzaferro, E. M. et coll. Acute renal failure associated with raisin or grape ingestion in 4 dogs. J. Vet. Emerg. Crit. Care 14, 203–212 (2004).
  • 14.        Reich, C. F. et coll. Retrospective evaluation of the clinical course and outcome following grape or raisin ingestion in dogs (2005–2014): 139 cases. J. Vet. Emerg. Crit. Care 30, 60–65 (2020).
  • 15.        Sutton, N. M., Bates, N. & Campbell, A. Factors influencing outcome of Vitis vinifera (grapes, raisins, currants and sultanas) intoxication in dogs. Vet. Rec. 164, 430–431 (2009).
  • 16.        Asano, T., Greenberg, B. Z., Wittmers, R. V. & Goetz, F. C. Xylitol, a partial homologue of α-D-glucopyranose: potent stimulator of insulin release in dogs. Endocrinology 100, 339–345 (1977).
  • 17.        Dunayer, E. K. Hypoglycemia following canine ingestion of xylitol-containing gum. Vet. Hum. Toxicol. 46, 87–88 (2004).
  • 18.        Dunayer, E. K. & Gwaltney-Brant, S. M. Acute hepatic failure and coagulopathy associated with xylitol ingestion in eight dogs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 229, 1113–1117 (2006).
  • 19.        Piscitelli, C. M., Dunayer, E. K. & Aumann, M. Xylitol toxicity in dogs. Compend. Contin. Educ. Vet. 32, 3–6 (2010).
  • 20.        Dunayer, E. K. New findings on the effects of xylitol ingestion in dogs. Vet. Med. 101, 791–798 (2006).
  • 21.        Gwaltney-Brant, S. M. Household hazards: alcohols. Merck Veterinary Manual (2013). Lien : https://www.merckvetmanual.com/toxicology/household-hazards/alcohols. (Accès le 22 septembre 2021)
  • 22.        Cortinovis, C. & Caloni, F. Household food items toxic to dogs and cats. Front. Vet. Sci. 3, 1–7 (2016).
  • 23.        Kammerer, M., Sachot, E. & Blanchot, D. Ethanol toxicosis from the ingestion of rotten apples by a dog. Vet. Hum. Toxicol. 43, 349–350 (2001).
  • 24.        Choi, K. et coll. Mechanistic toxicity assessment of hexahydroisohumulone in canine hepatocytes, renal proximal tubules, bone marrow-derived mesenchymal stem cells, and enterocyte-like cells. Int. J. Vet. Heal. Sci. Res. 4, 88–103 (2016).
  • 25.        Means, C. Bread dough toxicosis in dogs. J. Vet. Emerg. Crit. Care 13, 39–41 (2003).
  • 26.        Gwaltney-Brant, S. M. Macadamia nut toxicosis in dogs. Merck Veterinary Manual (2021). Lien : https://www.merckvetmanual.com/toxicology/food-hazards/macadamia-nut-toxicosis-in-dogs. (Accès le 22 septembre 2021)
  • 27.        Stillabower, A. Marijuana toxicity in pets. Pet Poison Helpline (2019). Lien : https://www.petpoisonhelpline.com/pet-safety-tips/marijuana-toxicity-pets/. (Accès le 22 septembre 2021)
  • 28.        Janeczek, A., Zawadzki, M., Szpot, P. & Niedzwiedz, A. Marijuana intoxication in a cat. Acta Vet. Scand. 60, 1–4 (2018).
  • 29.        Kulpa, J. E., Paulionis, L. J., Eglit, G. M. L. & Vaughn, D. M. Safety and tolerability of escalating cannabinoid doses in healthy cats. J. Feline Med. Surg. (2021). doi:10.1177/1098612X211004215
  • 30.        Brutlag, A. & Hommerding, H. Toxicology of marijuana, synthetic cannabinoids, and cannabidiol in dogs and cats. Vet. Clin. North Am. – Small Anim. Pract. 48, 1087–1102 (2018).
  • 31.        Janczyk, P., Donaldson, C. W. & Gwaltney, S. Two hundred and thirteen cases of marijuana toxicoses in dogs. Vet. Hum. Toxicol. 46, 19–21 (2004).
Relié

Articles reliés